Esprit collectif es tu là ? Du développement du collectif et du professionnalisme...


A propos du collectif du travail, du développement du professionnalisme en lien avec la santé au travail, je retranscris ici quelques réflexions enrichissantes de Yves Clot, professeur au CNAM ( chaire Psychologie du travail) lors d'une conférence en partenariat avec l'ARACT de Lorraine en 2013 :

"Le collectif du travail, pas pour se rassurer à bon compte, on pourra être tous d’accord, tous unis, par exemple contre la direction. Je dis cela au hasard. Non, le collectif de travail pour arriver ensemble à débrouiller les nœuds du réel, c’est-à-dire à dépasteuriser et essayer finalement d’enrichir les dilemmes pour développer le métier, développer les ressources professionnelles.

Enrichir les dilemmes pour développer le métier...

Et alors là, on a un collectif, j’allais dire de deuxième génération. Pas le vieux collectif homogène, celui qui rassemble et qui protège comme le bouclier et dans lequel, finalement, il faut être tous d’accord. Non, le collectif de deuxième génération, celui que j’évoque là, c’est le collectif de la controverse et de la dispute professionnelle. Pas de la querelle. La dispute professionnelle sur le travail bien fait. Pouvoir permettre.

Et je vais même aller un peu plus loin. Et là, c’est la fonction de l’encadrement aussi. Pouvoir permettre et même inciter, et même conseiller aux professionnels de premier niveau, ceux qui sont confrontés à ce réel indigeste là, leur conseiller et les inciter finalement à travailler ensemble à chercher les désaccords qu’ils ont sur la qualité du travail, chercher les désaccords.

Chercher les désaccords...

Pourquoi c’est important de chercher les désaccords ? Parce que si on cherche les désaccords, cela permet de faire des diagnostics. La recherche du désaccord qu’on a entre collègues de travail sur la qualité du travail, c’est-à-dire la recherche du conflit de critères que j’ai évoqué tout à l’heure, c’est un outil de diagnostic. Donc, le collectif, ce n’est pas un but. Moi dans la vie, j’arrive à vivre autrement qu’en collectif. Vous aussi j’espère. Mais au travail, c’est un moyen extrêmement important de faire des diagnostics sur le réel, et si le collectif il est homogène, s’il n’y a pas de désaccord, alors c’est un outil sans tranchant.

Donc, ma définition du collectif, qui est loin de l’académisme là aussi, mais que je pourrais justifier au plan académique, c’est la suivante : il y a un collectif si et seulement si - cela c’est académique - si et seulement si je peux dire à mon collègue de travail, je peux encore lui dire : « cela, ce n’est pas du boulot ». Quand je ne peux plus dire cela à mon collègue de travail car, d’une certaine manière le genre convenu, le discours convenu de la situation m’interdit, pour une raison ou pour l’autre, de dire cela à mon collègue de travail, alors de mon point de vue, vous voyez que c’est assez radical, il n’y a pas de collectif parce que je ne peux plus dire cela à mon collègue de travail. Il n’y a pas de collectif, il y a peut-être une collection – cela, des collections en milieu professionnel, aujourd’hui, il y en a beaucoup. On peut même s’entendre sur le fait qu’on parle de tout au travail sauf du travail.

Cela, cela fait des collections, cela ne fait pas des collectifs...

Cela, cela fait des collections, cela ne fait pas des collectifs. Le collectif, c’est celui qui est capable de supporter la dispute professionnelle sur le travail bien fait. Si on ne peut plus disputer de cela, il y a quelque chose qui ne va plus.

Alors, de manière un peu plus académique, j’appelle cela le professionnalisme délibéré, c’est-à-dire que c’est de cela que nous souffrons beaucoup. C’est de cela que nous souffrons beaucoup. La baisse… C’est pourquoi la question de la santé et la question de la performance et de la compétitivité sont reliées. La baisse du professionnalisme, je pense que c’est un des problèmes majeurs du travail en France. La baisse du professionnalisme, mais le professionnalisme, ce n’est pas l’alignement sur la performance conçue par un seul. Le professionnalisme délibéré que j’évoque là, c’est le professionnalisme capable de supporter des conflits sur les critères de qualité du travail. Et pas seulement les conflits à l’intérieur du collectif de développement, mais évidemment c’est très important. Dans le collectif, si on ne fait pas ce travail-là, on ne peut pas supporter ce qui est absolument devenu indispensable. C’est le dialogue avec une direction qui, elle-même, peut faire valoir légitimement un certain nombre de critères qui ne sont pas les nôtres, si je parle du point de vue du collectif. Et donc, le professionnalisme délibéré que je suis en train d’évoquer a deux marches sur deux jambes.

Premièrement, des collectifs qui soient incités à la controverse professionnelle pour faire les bons diagnostics, et deuxièmement, des collectifs capables de soutenir le dialogue et le professionnalisme délibéré avec des directions qui peuvent faire valoir et qui doivent faire valoir la légitimité de leurs critères pour passer des compromis dynamiques sur la performance. Donc au passage, pour moi, il faut le dire assez clairement, cela se dispute aussi, santé et performance sont absolument liées. Il ne peut pas y avoir des institutions de la performance où on discute finance, et il ne peut pas y avoir de l’autre côté des institutions où on discute santé pour réparer les dégâts des institutions de la performance, cette déhiérarchise est dangereuse pour la santé et pour l’efficacité des organisations.

C’est le conflit institué sur les critères de qualité de la performance qui est source de santé.

Alors évidemment, les psychologues parfois rechignent en disant : « oui, mais l’efficacité, c’est le contraire de la santé, pas du tout. Tout le monde a fait cette expérience. C’est quand on ne se sent pas efficace qu’on va mal. Alors, après, si vous me dites : il ne faut pas confondre efficacité, rentabilité et compétitivité », je suis d’accord. Mais justement, pour ne pas confondre, il faut des institutions dans lesquelles on peut se confronter là-dessus."

Référence vidéo http://lorraine.aract.fr/DETAIL/SWAM_15_PORTAIL/VIDEO?p_thingIdToShow=36889636

A propos de l'auteur

Frédéric Laura dirige l’agence-conseil Bien-être et Santé au travail : Votrepsychologuedutravail.com. Après un premier parcours dans l’IT puis l’accompagnement et le conseil carrière, Frédéric Laura répond à sa vocation initiale pour devenir psychologue. Exerçant en libéral et en entreprise, il se spécialise dans la prévention des RPS, l’assistance RH et la psychopathologie du travail. Il se consacre au développement du « Healthy management » : la santé au travail, au-delà de la prévention, est une stratégie gagnante pour tous et offre des opportunités de développements économiques et humains."

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Votre psychologue du travail

Contact relation entreprises : 06 58 56 08 74

La reproduction partielle ou intégrale de tout ou partie de ce site sur un support électronique ou papier  quel qu’il soit, est formellement interdite, sans accord écrit et préalable.